Antiquités Nationales - Travaux Dirigés

Sommaire TD et Sommaire cours

Âges du fer (~750 à ~20)

La transition entre l’âge du bronze final et le premier âge du fer est marquée par le développement des relations commerciales lointaines et par la formation d’une civilisation très brillante dans la région des lacs alpestres, aussi bien en Suisse qu’en France (palafittes). Le reste de la Gaule demeure fidèle à une civilisation agraire et à des structures sociales égalitaires, dans la tradition des «champs d’urnes».

Au début de l’âge du fer, vers 725 avant J.-C., avec la généralisation de la métallurgie, l’apparition des épées de fer et l’extension de nouvelles méthodes de combat à cheval, se constitue une aristocratie guerrière de cavaliers. Celle-ci parvient peu à peu à dominer la vie économique et politique; les principautés du VIe siècle dirigeront et canaliseront les échanges commerciaux avec les régions méditerranéennes. C’est alors que se développe la civilisation des oppida  et des tombes princières, qui a connu son apogée à la fin du VIe et au début du Ve siècle.
On a trouvé dans l’oppidum  de Saint-Blaise des importations étrusques et rhodiennes datant de la seconde moitié du 7e siècle. À la même époque appartiennent les objets soit étrusques (pyxide de Kastenwald près de Colmar), soit ioniens orientalisants (sphinx en ivoire de Klein Asperg), soit rhodiens (œnochoés de Vilsingen et de Kappel am Rhein) découverts en Alsace et en Allemagne du Sud.

La colonie phocéenne de Massalia (Marseille) fut fondée vers ~600. C’est surtout après 550 que l’influence grecque, par l’intermédiaire de Marseille, s’exerce,  dans le domaine commercial et sur le plan technique et culturel. Les trouvailles de céramiques et d’objets grecs se sont multipliées au nord des Alpes. Les fouilles du Pègue mettent au jour une céramique rappelant les poteries ioniennes d’Asie Mineure, et de nombreuses imitations plus ou moins abâtardies, mêlant les techniques et les décors grecs et indigènes.

C'est une période de transition au cours de laquelle les instincts belliqueux et la  métallurgie (donc ... les armes) se développent de façon concomitante.
On divise l'âge du fer en 2 périodes Halstatt et La Téne du nom du site éponyme qui les caractérisent le mieux.

Halstatt (~725 à ~475)

Halstatt est un site autrichien découvert en 1824. C'est une nécropole de 2000 tombes prés de mines de sel gemme qui servait à la conservation des denrées, mais l'on trouve des sites semblables en Alsace, Lorraine, Bourgogne, Berry et Franche-Comté.

Le fer demande une technologie plus poussée que le bronze et surtout une température de fonte de 1536° qui fait que l'on ne pouvait jusqu'à présent atteindre de telle température dans les fours.. La métallurgie apparaît donc en France vers ~800 alors qu'elle est présente dés le 2° millénaire chez les Hittites.
Les Celtes, guerriers seront de grands producteurs d'objets en fer, et surtout d'armes !

Dès la fin du VIe siècle apparaît l’art savant de la statuaire en ronde bosse

Halstatt ancien (~725 à ~ 550)

Le fer se généralise, dans l'Est et le Nord de nombreuses tombes de guerrier, des tombes à char, à objets importés. On pratique l'incinération. C'est une époque de luttes d'influence avec les grecs et les étrusques

- Pot à damier en terre cuite et écorce
- Vase de Sublaines (I et Loire) : peint d'un registre de char tiré par des chevaux de profil
- A Magny Lambert un ciste (= chaudron fréquent dans les tombes). Il servait au banquet funéraire et il comporte plusieurs registres parallèles de bossettes formant des chevrons, les pendeloques sont complétées de pendeloques

Au nord des Alpes c'est l'époque des princes halstatiens en contact avec les Étrusques. Les habitats sont fortifiés;  les tombes, riches pour les princes contiennent des chars parfois démontés.
A Vix et à Holdorshf , dans une tombe banquette en tôle de bronze  (cf description préhistoire chapitre 4)
Tombe princière de Vix (480) avec son vase cratère de 208 kgs et 1m64 de haut venant d' Italie du sud. (préhistoire chapitre 4)
Reconstitution du char d' Apremont (6° s) en frêne et sorbier, roues et rayons cerclés de fer, moyeu en fer)
Diadème en or (480 g) formé de 20 pièces assemblées
 

Halstatt récent (~550 à ~ 475) a compléter

La Téne (~475 à ~20) ou Laténien

Les peuples celtiques continentaux se mettent de nouveau en marche afin de conquérir le reste du territoire gaulois et d’essaimer en Italie du Nord, en Europe centrale, dans les Balkans et jusqu’en Asie Mineure. La civilisation celtique s’étend à toute la Gaule et à une grande partie de l’Europe. Les relations avec la Méditerranée changent alors de caractère, les itinéraires se modifient. Au lieu de partir de Marseille et d’y aboutir, en passant par la vallée du Rhône, les marchandises sont acheminées depuis l’Adriatique, par la région du Tessin et les cols des Alpes.

Cette période d’expansion celtique correspond à une mutation économique et sociale. À la classe aristocratique et féodale, peu nombreuse, de la fin du 1° âge du fer se substitue une paysannerie guerrière.
Développement de l’agriculture grâce à des techniques nouvelles: l’araire à soc de fer, remplaçe l’araire en bois, et permet de labourer plus profondément. L’expansion démographique qui en résulta aurait été la cause déterminante des invasions gauloises.
La destruction, par les Gaulois, du réseau d’entrepôts amena une longue interruption du commerce de Marseille et du rayonnement hellénique, au cours du Ve et du IVe siècle. Puis la colonie phocéenne renoue des relations normales avec le Languedoc et la vallée du Rhône, mais c’est seulement à la fin du IVe que l’on assiste à une reprise générale du commerce marseillais.

Voyageurs de commerce et trafiquants grecs se mettent à sillonner la Gaule, à explorer les marchés, à organiser des caravanes. Les marchandises importées consistent essentiellement en denrées alimentaires (blé) et en matières premières (étain, cuivre, ambre); les produits exportés en vins de Campanie, en poteries, en vases de bronze, en verroteries.
Au cours de la même période, les Marseillais ont complété leur réseau de colonies (Nice , Ampurias, Antibes, La Napoule, Hyères, Cavalaire, Agde, Arles, ….) dont beaucoup étaient des comptoirs grecs anciennement installés.
Sous l’influence de Marseille et de ses colonies, les indigènes de Gaule, notamment les Ligures et les Ibères, ainsi que les Gaulois eux-mêmes, construisirent des villes fortifiées, dont certaines, comme Glanum, près de Saint-Rémy-de-Provence, étaient fortement hellénisées. D’autres, telles Entremont, Malpas, Le Pègue, demeuraient nettement indigènes.

Les Celtes écrivirent leur langue en caractères grecs avant de la transcrire, après la conquête, en caractères latins.
Les monnaies gauloises sont pour la plupart imitées de prototypes grecs: statères de Philippe de Macédoine; monnaies grecques de Sicile; de Marseille et de ses colonies, pour les plus récentes.

On n’a pas encore découvert de sculpture gauloise en pierre du Ve siècle. Le grand art gaulois de La Tène est représenté avant tout par des pièces d’orfèvrerie. D’ailleurs, les premières statues de culte des Gaulois du second âge du fer semblent bien avoir été en feuilles de métal repoussé posées sur une armature en bois.

3 périodes du nom du site en Suisse : Téne 1 (ancien), 2 et 3

La Téne 1 (475-250)

On assiste à la formation d'états. Ici plus de princes mais des "chefferies". on trouve toujours dans les tombes des rames et pour les plus importantes des chars démontés ou non. Vers 400 on assiste à un appauvrissement de la population qui migre vers le sud.

Le nom de gaulois (gallé) apparaît au 4° s. Ce sont des Celtes.
La métallurgie est très utilisée mais , par exemple, on ne ferre pas encore les chevaux (vers 4° s après JC ??).
Le premier style gaulois, est encore relativement proche des modèles grecs et étrusque

- Tombe contenant des bracelets en bronze ou en pâte de verre, torques en bronze décoré, à pendeloques de verre,  et objets divers  composés d'un assemblage par 3 (magie du chiffre 3), fibules en fer ou en bronze, figurines miniatures.
- Sépulture de Caurel (Marne) avec des vases et cruches peints, en céramique, vaisselle métallique d'importation
- Vases et urnes funéraires de tailles variées, en terre cuite noire , polie, donnant l'illusion du métal venant des tombes.
- Chaudron de Brå, orné de têtes de chouette et de protomés de taureau,
- A St Rémy (Marne) et Bussy le château   armes en fer ou en bronze dans les tombes
- Reproduction d'une tombe creusée dans la craie (Champagne)
- Tombe de Berru (Marne) à char avec un casque en pointe et couvre nuque, en bronze de tôle martelée
- Tombe à char de St Jean sur Tourbe: 2 phaléres en tôle de bronze servant à l' harnachement du cheval remarquablement travaillé sur leur périphérie comme une dentelle.
- Reconstitution d'une sépulture à char de la Gorge-Meillet (400) à 2 niveaux. La tombe contenait un casque avec bouton de corail au sommet, des cruches, l'harnachement d'un cheval, ....
        en bas : le char avec le chef enterré dans la caisse du char avec ses bracelets en or, lances et vaisselle funéraire
        en bas : guerrier allongé , probablement un de ses fidèles sujets également allongé

La Téne 2 (~250 à ~120)

Certaines peuplades gauloises se révoltèrent contre les premières pénétrations romaines. Ce fut le cas des Allobroges, en ~62. Les négociants italiens furent chassés et allèrent se réfugier chez les Éduens, alliés de Rome. La Provence fut attaquée, et la ville de Valence prise. Les Romains contre-attaquèrent, mais furent repoussés. Une armée de secours ravagea la terre des Allobroges et parvint à s’emparer de Solonium, l’oppidum le plus important et les gaulois furent vaincus. Les peuples s'organisent (Arvernes, Parisii, ...). La société gauloise se hiérarchise.

Apparition d'une monnaie d'or au 4° s. Construction d' "enclos" protégés par un fossé et une palissade de bois avec au centre un temple en bois creusé d'une fosse en son milieu, contenant des armes brisés volontairement et des ossements d'animaux.

L’orfèvrerie celtique du ~2° s est surtout connue par le décor gravé des épées de La Tène II, dont le graphisme débordant enrichit encore une grammaire ornementale de plus en plus foisonnante et de plus en plus éloignée des modèles classiques.Le souci de l’exactitude anatomique est, compensé par les recherches ornementales et par la tradition expressionniste qui donne à ces visages de dieux ou de héros des expressions à la fois énigmatiques, puissantes et fascinantes

- Casque d' Anfreville (Eure) : Calotte en bronze recouverte d'une résille de fer avec incrustations d'émaux et clous d'émail. Bandeau de tôle d'or décoré de spirales embouties
- Torques en or plein ? venant du Tarn
- Chaudron de Rynkeby présente des protomés de taureau, des têtes humaines stylisées, des sangliers et des rouelles

Lieux de culte : Ribemont (Somme) et Gournay, Bouray, Entremont

La Téne 3 (~120 à ~20)

C'est le moment de l'extension romaine (120-20) surtout après la prise d'Alésia. Il faut prendre conscience du fait que celle-ci ne s'est pas toujours faite par les armes mais que l'influence romaine aux frontières a joué énormément et qu'elle s'est répandue aussi, par les échanges commerciaux et les communications, sa prédominance faisant le reste. Au cours de la période qui va de la conquête de la Narbonnaise à celle des trois Gaules (celtique, aquitaine, belgique) par César, les méthodes de la colonisation romaine devaient progressivement s’humaniser, en raison des ambitions des conquérants qui désiraient  s’appuyer sur la loyauté des provinciaux.

On constate une spécialisation des outils en fer et un début d'industrialisation. Les monnaies gauloises sont en or mais aussi en argent et en bronze imitées des statéres

- Reconstitution d'un four à minerai de fer permettant d'obtenir des lingots pour le forgeage.
- En Bretagne on trouve des sites de production du sel par évaporation.
- Chaudron de Gundestrup : probablement l’œuvre d’orfèvres gaulois du milieu du ~1° s. C’est la plus tardive des œuvres importantes d’orfèvrerie gauloise antérieures à la conquête romaine.
- Torque en tôle d'or de Mally-le-camp (1° s)
- Oppidum de Bibracte (Mont Beuvray) ou Vercingétorix est nommé chef d'une majorité de peuplades gauloises. On y trouve des céramiques peintes , d'autres noires et polies ainsi que des objets variés : clous, pinces, pelle à feu, fibules

Entre 120 et 25 la Gaule se morcelle l'aristocratie est dominé par le pouvoir des riches commerçants
Entre 58 et 52, César prend prétexte d'un appel à l'aide des Eduens, menacés par les Helvétes, pour envahir la Gaule.

ChalcolithiqueÉpoque Gallo-romaine