Archéologie Égyptienne : Travaux Dirigés

Sommaire  Chronologie pharaonique    Cours

Moyen Empire, Suite :11° à 13° dynastie (2033 à 1710)

Louxor, dans la partie Sud de Thébes, fut commencé sous Aménophis 3 (cour à colonnes papyriformes, salle hypostile) par son architecte Amenhotep (ci-contre avec sa femme) qui fut divinisé

Amenhotep et son épouse

Karnak, dans la partie nord de Thébes, fut commencé par Aménophis 1° vers 1540 (Temple d' Amon)
 

Cosmogonie égyptienne et cycle solaire

A l'origine existait le chaos, masse liquide et informe le Noun, duquel sortit Atoum par sa propre volonté.
Le soleil, créateur du monde, était adoré sous 3 aspects : soleil levant (Khepri), soleil au zénith (Ré), soleil couchant (Atoum). L' enneade héliopolitaine (Héliopolis est la ville culte du soleil) comprend 9 divinités : Atoum, qui en se masturbant donna naissance à 2 enfants Shou (l'atmosphére) associé à Tefnou (l'humidité) qui procréent Geb (la Terre) et Nout (le ciel) lesquels enfantent 2 nouveaux couples : Osiris/Isis et Seth/Nephtys

Atoum-Re : le soleil

 

Cycle solaire au plafond d'une tombe

Cycle solaire au plafond d'une tombe. Nout avale le soleil à l'ouest pour le mettre au monde à l'est.

Sesostris 1       Sesostris 1° (vers 1950)

Les temples divins sont surtout l'oeuvre des pharaons du moyen empire. Dans les périodes précédentes, les temples étaient surtout royaux  ou de particuliers proches du pharaon.
Origine du nom de pharaon : En grec pharaon s'écrit "per aur" qui veut dire : grande maison. Vers la fin de la 18° dynastie il semble qu'il y ait eu confusion entre la grande maison et celui qui l'occupait : le pharaon

Oeuvres présentées :

- Sphinx de Tanis (1750) : En granit, il pése 9 tonnes 5, son origine est certainement Héliopolis d'ou il a été emmené à Tanis qui n'existait pas en 1750. Le socle est gravé de hiéroglyphes à la gloire de pharaon. Probablement a t'il été utilisé par plusieurs pharaons
- Tête de sphinx en pierre représentant le roi;Amasis (570)
- Serapeum de Memphis : Il s'agit d'une néécropole souterraine à laquelle on accédait par une allée de sphinx en calcaire décrite par Strabon

Description d'un temple : Karnak à la partie nord de Thébes

Plan des phases successives de construction de Karnak

L'organisation de la grande salle du Louvre consacrée à l' Egypte prend pour modéle un temple du Moyen Empire. Ainsi on pénétre dans la premiére "cour" aprés être passée entre les colonnes qui simulent les pylones qui encadrent l'entrée principale avec de part et d'autre l'obélisque , évocation du Ben Ben, qui renvoie les rayons du soleil à travers toute l' Egype grace au pyramidion qui le surplombe.

Dans la 1° cour, sur les murs intérieurs, un long texte en écriture hiéroglyphique des 17 campagnes entreprisent par le grand conquérant Touthmosis 3 (18° dyn) depuis l' Euphrate au Nord jusqu'à la 4° cataracte au Sud

Trésor de Tod (prés de Thébes) attribué à Seostris 1° de la 11° dynastie (1934) : Probablement attribué à Montou. 4 coffres ont été retrouvés remplis d'objets en argent, lappis lazzuli, bronze sous forme de lingots, coupes, bracelets, chaines ....pour certains le décor est d'inspiration crétoise bien que cette civilisation n'était qu'émergente à cette époque.....

Dans ce qui évoque le naos se trouve le réceptacle de la statue du Dieu. C'est ici que les prétres , représentants du roi sont autorisés à effectuer la cérémonie du Maat

Maât

Petite déesse, fille de Ré, elle est représentée généralement assise et coiffée d'une plume d'autruche. Elle symbolise l’ordre, la justice et la vérité: l’ordre immuable du monde auquel tous doivent se conformer. Il n’est pas exagéré de dire que la notion de Maât, de norme, surdétermine l’ensemble de l’idéologie égyptienne. Le monde a été créé en conformité avec Maât. Lors du jugement des morts, un plateau de la balance contiendra le «cœur» du défunt et l’autre Maât; si le défunt n’a pas respecté la norme, il sera dévoré par un monstre qui attend au pied de la balance le résultat du jugement.

Toutes les conceptions philosophiques et religieuses égyptiennes reposent sur Maât, en qui l’on voyait naguère un symbole de la Vérité et de la Justice, mais elle est beaucoup plus que cela. Elle est aussi, et surtout, le symbole de l’ordre universel voulu par le démiurge lors de la Création. Cet ordre est précaire, menacé en permanence par les forces du chaos.

Ne pas obéir à Maât, ne pas suivre la tradition qu’elle représente, c’est mettre en danger l’équilibre du monde; c’est aussi risquer de remettre en question la régularité des phénomènes qui assurent la vie de l’Égypte : lever et coucher du soleil, retour périodique de l’inondation. Pour que cette harmonie, indispensable à la vie, soit maintenue, il est nécessaire que les hommes, et Pharaon lui-même, respectent l’ordre conçu par les dieux et, entre autres, la piété envers les divinités, la justice sociale, la vérité morale.
 
 

Chronologies Egyptienne et Nubienne


 
 




Moyen Empire (début)    Haut empire (uniquement la période Amarnienne)