Archéologie Égyptienne : Travaux Dirigés

<Sommaire Cours    Sommaire TD     Dynasties    Titulatures     Chronologie egyptienne Autre carte

Situons l'Égypte (Voir cours chapitre 1)

L Égypte ancienne se divisait en Basse et Haute Égypte; cette dernière commençait au niveau du Fayyoum. Afin de rétablir un équilibre et mieux situer les sites, l'archéologie moderne propose un découpage en 3 parties : Haute, Moyenne et Basse Égypte.

L'axe de vie que constitue le Nil s'étend sur un delta  de plus de 100 kms de large permettant une culture intensive; alors qu'au delà de Beny Souef, coincé entre le désert de Libye à l'Ouest et le désert arabique à l' Est le Nil n'irrigue jamais plus de 10 kms de largeur.
 

Pourquoi l'art égyptien ? (cf Cours)

Essentiellement, il s'agit d'un gigantesque "appareil" magique de résurrection ! La pensée égyptienne avait élaboré un système destiné à assurer la vie éternelle, au roi dans un premier temps puis avec l'extension du culte  d'Osiris à tous les hommes. Aussi, le corps réceptacle des éléments vitaux devait être préservé de toute corruption donc on l'embaumait, on le momifiait et on le plaçait dans une cuve de pierre  et dans des sarcophages.. Par ailleurs pour préserver les éléments spirituels de l'être : le ba, les égyptiens  instituèrent le "corps de rechange" dans lequel le ba pouvait se glisser et conserver au mort le souffle permanent de la vie
(cf chap 2)

Époque pré-dynastique

Voir également le cours
L'Égypte est occupée depuis le paléolithique supérieur comme l'atteste les traces de culture et des outils datant d'environ ~18.300. Mais le développement artistique est sensible à partir de l'époque pré-dynastique (~4.500) qui se divise en 2 :

Époque de Badari (~4500 à ~3800)

L’homme est installé dans la vallée en villages organisés. Il possède des huttes, enterre ses morts dans le sable, mais rapidement il met au  point la première technique de momification qui ira en se perfectionnant jusqu'à la 3° période intermédiaire. Il cultive le sol où il fait déjà pousser les deux céréales essentielles de l’Égypte, l’orge et le blé amidonnier.
Il a aussi inventé, pour l’ornement, une sorte de faïence d’un bleu clair, qu’on retrouvera ensuite pendant toutes les périodes de l’histoire. Il sait peindre des traits blancs sur une poterie rouge lissée et il sculpte des vases dans la pierre dure.

Époque de Nagada

C'est le site éponyme de Haute Egypte, prés d'Abydos, et Dendera . L'époque de Nagada se subdivise en : C'est la dernière phase de la préhistoire égyptienne (périodes prédynastique et protodynastique), qui fait suite à la culture de Badari.
Les tombes sont alors rectangulaires, comme les huttes des vivants, dont elles sont la transposition; elles contiennent un matériel funéraire destiné à assurer la survie du défunt..
Pendant le début du Prédynastique, on continue, sur les parois rocheuses des déserts, à graver des scènes rupestres, où s’affirment les qualités d’artistes animaliers.

Les phases de Nagada I et Nagada II sont caractérisées par des poteries de types très variés, certaines témoignant de recherches raffinées: vases doubles dont les deux parties en tonnelets ou en flûtes communiquent, vases en forme d’animaux stylisés. À l’ Amratien (Nagada 1), les dessins sont de couleur claire, jaunes ou blanchâtres, sur fond rouge; au Gerzéen, la pâte devient plus fine; sur un fond clair se détachent les dessins brun-violet. Les thèmes décoratifs sont empruntés à la vannerie, puis de plus en plus à la faune et à la flore: buissons d’aloès, défilés de capridés et de flamants roses; des lignes ondulées représentent l’eau, et la vie sur le fleuve est évoquée par la figuration de bateaux munis de deux cabines et de nombreuses rames.

Au cours du Protodynastique (Nagada 3), les vases d’argile tendent à disparaître au profit des vases de pierre. La fabrication de ces derniers ne constitue pas une innovation, mais alors que les matières utilisées précédemment étaient presque uniquement l’albâtre et le basalte, les artisans taillent désormais des pierres de plus en plus dures, telles brèche, granite ou diorite.
C’est le moment aussi où les palettes en greywacke  (roche verte, sorte de schiste gréseux très recherché) qui servaient à broyer le schiste pour en faire des fards, primitivement de forme géométrique puis découpées en silhouettes animales, perdent leur fonction utilitaire pour devenir des objets votifs.
De type ovale, atteignant de grandes dimensions et creusées sur l’une de leurs faces d’un godet central, elles se couvrent de scènes sculptées conservant sans doute le souvenir de chasses, de combats et de victoires. Ce sont ces œuvres qui sont à l’origine du bas-relief égyptien.

Des essais, encore gauches, attestent aussi la naissance de la grande sculpture : figurines de terre cuite représentant des femmes aux jambes indifférenciées, les bras arqués au-dessus de la tête et, surtout, datant de la phase finale du Prédynastique, statuettes d’hommes très raides, à la barbe plate et aux bras collés au corps, façonnées dans l’ivoire et plus rarement dans la pierre . Le travail de l’ivoire est pendant toute cette période particulièrement florissant: des lions accroupis servent de pièces de jeux, sans compter des peignes, des aiguilles et les manches finement sculptés de couteaux aux luxueuses lames de silex blond

Tous les objets de ces 2 périodes viennent des tombes puisqu'il n'y a pas encore de temples divins ou royaux et que les maisons construites à l'aide de matériaux dégradables n'ont pratiquement laissées aucune trace

Les oeuvres présentées

Nagada 1 (~3.800-3.500) :

- Vases à oreillette, en basalte, creusés probablement au foret à archer avec une mèche de quartz ? ou silice ?
- Vases céramique oblong, parfois de grande taille appelé "black top". On ne sait si la couleur noir autour du col a été obtenu par oxydation car aucune analyse sérieuse n'a encore été faite. On trouve ces vases au Soudan jusque vers ~2000.
- Coupes, gobelets, bouteilles, et vases jumelés en céramique à pâte rouge et à décors clairs, géométriques en lignes brisées
- Sculptures en ivoire et os
- Palettes à fard en grauwach (# schiste) qui servaient aux femmes et aux hommes, le maquillage étant également un moyen de se protéger du soleil et de sa réverbération, du vent et du sable
- Objets en ivoire : peignes, pendentifs, épingle à cheveux, statuettes d'hommes et de femmes en position debout bras et jambes plaqués.
 

Nagada 2 (~3500 à ~3300) :

- Vases en pierre trapus au col évasé en calcaire, bréche (conglomérat), basalte ... et toutes pierres sédimentaires; parfois recouverts partiellement de plaquettes d'or.
- Jarres et vases aux formes plus originales (animalières ...) en céramique à pâte claire et dessins rouges ou violacés géométriques en lignes ou spirales. Sur les flancs des vases le répertoire stylistique s'élargit : scènes d'animaux et végétaux, bateaux à rames sur une mer schématisée par une série d'ondulations. Ce sont les premières oeuvres figuratives.

Nagada 3 (~3.300-3.100) :

On  note dans certaines céramiques un changement radical et surprenant des formes : très simples et tubulaires en pâte rosâtre sans motif peint ni gravé
Grandes palettes à fard en grauwach aux motifs sculptés en bas reliefs animaliers, pour certains très élaborés, à la symétrie verticale très nette : Couteau a manche d'ivoire du djebel-elarak-Epoque Nagada 3- Poignard du Djebel el Arak au manche en ivoire d'époque Nagada 3 d'après les scènes sculptées en bas reliefs, mais la lame de silex en feuille de saule extrêmement fine semble dater du Nagada 2. L'ensemble serait donc un réassemblage. Les scènes du manche s'établissent en 4 registres horizontaux de scènes de combat au recto, et d'ensemble de personnages au verso, dont certains comme le maître des animaux entre 2 capridés trahissent une influence mésopotamienne
Palette du pharaon Narmer-Epoque Nagada Grande palette votive de Narmer En haut à droite la déesse Hathor, au centre le cartouche (ou Serekh), Sous la déesse le faucon protecteur. Le personnage est le roi Narmer avec la couronne blanche de Haute Égypte levant sa massue sur un ennemi tenu par les cheveux; derrière le roi se tiend son "porte sandales".

L'époque thinite (~3100 à ~2700) qui suit l'époque de Nagada fait rentrer l'Egypte dans l'histoire.

     Époque Thinite