Arts du Proche Orient

Sommaire

Nous aborderons successivement l'étude de l`histoire de l`art des pays suivants : Turquie, Syrie, Liban, Israel/Palestine, Irak, Iran, archipel de Bahrein (Dilmun), Oman (pays de Magan), et pour certaines périodes : Asie centrale (Bactriane), Chypre, Afrique du nord et Indus (Melukha).

Une approche succincte de la géographie de la région est nécessaire avant d'aborder l'art de ces différents pays.

zones de plaine :

fleuves montagnes plateaux déserts Pour l'antiquité on compte 4 grandes régions :

1 Temps des villages

Ces villages sont des agglomérations de cabanes à demi enterrées dans des fosses rondes; on trouve des enduits muraux, parfois peints, des sols dallés et enduits; une rangée circulaire de forts poteaux retrouvés à l’intérieur d’une maison montre qu’une charpente devait maintenir les superstructures émergeant de la fosse, soutenant sans doute un toit de pisé. Des villages ont été signalés dans le Néguev, dans le sillon du Jourdain (Jéricho) et sur le moyen Euphrate (Mureybet et Abu Hureyra).

Nulle part, la moindre trace d’agriculture ni d’élevage n’est encore constatée, bien que les villages natoufiens soient sédentaires. On note, en revanche, que tous ces villages sont implantés à la charnière de plusieurs zones écologiques: ils sont en plaine mais au pied des montagnes, au bord de lacs ou de cours d’eau permanents, afin qu’aux céréales et ongulés des steppes, s’ajoutent toutes les ressources aquatiques, très utilisées alors, et les gibiers forestiers.
Si cette «sédentarité» n’est pas nouvelle le phénomène qu’exprime le village est bien nouveau et porte en germe les modifications économiques qui vont suivre.
Quant à la technologie, enfin, c’est bien aux Natoufiens qu’il faut attribuer l’invention de cette technique éminemment «néolithique» qu’est le polissage de la pierre: ses témoignages, encore sporadiques, restent cantonnés à des objets d’ornement (pendeloques en bâtonnets de Mureybet).
 
 

Prés d' Aman, à Aïn-Ghazal, Deese de la fecondite ~75003 statues de 84 à 32 cms, fabriqué à partir d'un bottelage de roseaux, recouvert d'enduit, les yeux étant faits d'un enduit plus claire, dont la fonction intermittente est mal définie.

Çatal Hüyük Maison de Catal Huyuk. .Catal Huyuk ~6000 qui se déploie en Anatolie, entre 6000 et 5500 avant J.-C., est sans doute la civilisation la plus brillante de l’époque. Le village occupe 13 hectares et atteindra 5.000 habitants,  l’architecture, particulièrement dense, est du type agglutinant qui impose l'accés aux maisons par les terrasses. Ses habitants cultivent non seulement les céréales (blé et orge) mais aussi les pois, les lentilles, le lin, suivant des techniques impliquant désormais l’irrigation. On élève des porcs, des moutons, des chèvres et bientôt des bœufs. L’artisanat très élaboré ne se limite pas à la production de céramique et d’outils en obsidienne: de beaux miroirs sont aussi polis dans ce matériau, le cuivre natif (martelé) et le plomb sont travaillés pour la parure, le bois pour la confection de récipients, le cuir et les fibres végétales pour l’habillement.

Une documentation sans égale a été fournie par Çatal Hüyük sur la religion néolithique: les maisons comportant en général deux pièces, l’une d’elles est chaque fois un véritable sanctuaire domestique, avec des sépultures dans des banquettes d’argile, des hauts-reliefs et des fresques peintes sur les murs, des statuettes de pierre et des figurines de terre cuite dans le mobilier.

Les thèmes traités par cet art font apparaître deux instances symboliques dominantes à statut de divinités :

- L’une, qui a déjà forme humaine, est la Déesse mère représentée parturiente dans les hauts-reliefs muraux ou dans des statuettes, dont la plus célèbre la montre assise sur un trône de panthères. Un environnement de bêtes sauvages,  dangereuses ou carnivores (belettes, vautours, renards, sangliers), souligne aussi son aspect funéraire.
- La seconde figure, encore animale, est le taureau (monde masculin), représenté lui aussi de façon monumentale et quasi obsessive, sous forme de bucranes d’argile saillant des murs, de piliers hérissés de cornes, ou en figure centrale des fresques peintes. Ces cultes ne sont pas propres à l’Anatolie mais caractérisent la religion néolithique du Proche-Orient dans son ensemble. Seule l’Anatolie elle-même livrera en effet un peu plus tard, à Hacilar et à Höyücek, un ensemble de statuettes féminines comparables à celles de Çatal.
La civilisation de Çatal Hüyük est un phénomène propre au sud de l’Anatolie centrale du VIe millénaire. On connaît depuis peu la lointaine filiation qui la relie vers l’est au P.P.N.B. du Levant, mais elle constitue un ensemble singulier et relativement circonscrit.
.

1.1.2 néolithique avec céramique (~5800 à ~4500)

3 cultures du bassin mésopotamien sont représentatives de la culture de l'ensemble du Proche Orient :

* culture de Hassuna  (~5.800 à ~5.500)
Céramique grossière et outils de pierre indiquant une communauté d'agriculteurs vivant à l'origine dans des tentes ou des huttes, puis dans des maisons de plus en plus grandes, avec murs intérieurs et toit de branchage, pouvant avoir jusqu'à 6 pièces autour d'une cour. On conservait le grain et l'on faisait cuire le pain. Dans les habitations coupes, vases et grandes jarres contenant des ossements d'enfants, alors que les adultes n'étaient pas enterrés. Ces poteries s'apparentent à celles de sites turcs, syriens et palestiniens

* culture de Samarra  (~5.600 à ~5.000) 
La céramique est plus belle que dans Hassuna (décors de dessins géométriques, en rouge vif ou brun, recherche artistique des cols de vase , des anses ....parfois motifs humains ou d'animaux). Cinétisme des motifs (Ex: motifs géométriques donnant une impression de tournoiement)
On pratiquait l'agriculture et l' élevage comme sous Hassuna mais avec une forme d'irrigation nécessité par le climat plus sec de la région. Les villages étaient entourés de fossés doublés d'un mur
Dans les maisons sols et murs étaient recouverts de plâtre; nombreux vases de marbre et des sceaux. Sous le sol étaient enterrés les adultes parfois enveloppés avec des statuettes en terre cuite.
Site représentatif : Tell es sawwan au sud  de Samarra

* culture de Halaf    (~5.400 à ~ 4.500)
Cette culture possède des traits distinctifs qui la font ressentir comme  étrangère à la Mésopotamie. Utilisation importante d'obsidienne. Construction toujours en brique crue mais les maisons rondes et voûtées prédominent, avec des fondations en pierre. La céramique est encore plus belle, faite à la main et légèrement vitrifiée aux parois minces (pots, jarres trapues, calices à pied, bols, assiettes avec des décorations adaptées aux formes). Un engobe crème sert de fond à des motifs rouges et noirs puis polychromes couvrant la totalité . Motifs géométriques mais parfois des fleurs et des  animaux. Site représentatif : Arpatchiyah N.B. : Une caractéristique des représentations humaines du néolithique est l'exagération dans la représentation des attributs sexuels, alors que le visage est ébauché.

1.2 A la veille de l'urbanisation

La  culture d' Obeid , est également  mésopotamienne comme les 3 précédemment citées. Des cultures dérivées, avec leur originalité se développent également en Iran et en Palestine

1.2.1 Culture d'Obeid  (~ 5.000 à ~3.750)

Certains sites , comme Halaf et Ninive, sont abandonnés; d'autres sont incendiés ou réoccupés. La culture d' Obeid (ville du sud) s'étend sur toute la Mésopotamie. Eridu est le site le plus important (19 niveaux d'occupation); les Sumériens en faisait la résidence terrestre de Enkil seigneur des eaux et des techniques. On y trouve un cimetière proto historique et un "palais". 17 niveaux de temples dont les plus profonds  étaient de brique crue avec une salle contenant un piédestal, une table d'offrande et une poterie de qualité décorée de motifs géométriques brun ou rouge foncé sur fond pèche. Dans les temples des niveaux supérieurs la céramique est décorée sur ses 2 faces
L'architecture des maisons comporte une terrasse et l'intérieur est compartimenté; l'extérieur est décoré de niches et redans.
Dans les figurines trouvées à Ur les "principes" féminins sont très marqués et le visage ébauché avec une indication de chevelure avec du bitume
A Tepe-gawra niveau 13 on voit apparaître la glyptique (sceaux et cachets) avec des représentations du "maître des animaux" domptant des animaux (chamanisme ?)

1.2.2 Iran (~4.200 à ~3.800)

Début d'une véritable métallurgie (fonte). Site de Tepe-Ghabristan : Creuset de réduction du minerai pour le débarrasser de ses scories. Moules de fonte mono et bi-valves.
Très belle céramique peinte (Tepe Sialk) antérieure à Suse, aux formes en calice et petits pieds aux motifs stylisés.. Peu  de scènes  et quelques motifs animaliers.

Site de Suse 1 (4200-3800) :

* Céramique en forme de boisseau avec 3 registres superposés et coupe aux motifs en  découpe dont 1 central entouré de 3 autres motifs très stylisés
* Développement de la métallurgie du cuivre réservée à l'élite : Miroirs ronds
* Préfiguration d'un motif fréquent : Le "roi-prétre"

1.2.3 Palestine  (~4.500 à ~3.500)

Cette époque contemporaine d' Obeid s'appelle également Ghassoulien ou Beersheba.
C'est le lieu de la 2° révolution néolithique :  culture de la laine (au lieu du lin) et  des arbres fruitiers et développement du pastoralisme.
La richesse qui en découle a une incidence heureuse sur les arts de plus en plus florissants

* Baratte en terre cuite, en forme d'outre
* Figurine féminine peinte de motifs de lignes avec une baratte sur la tête, assise, nue avec un vase sous le bras
* Statuette en ivoire (25 cms). Position figée et bras maigres dues à la matière, mains perpendiculaires par rapport aux bras, matières rapportées pour la barbe. Visage toujours ébauché.
Travail de la métallurgie à Mahal-Mishmar (4° mill). On a découvert ici 416 pièces en cuivre et quelques unes en ivoire : Sceptres, masses d'arme, couronnes, paniers ...pour lesquels on a utilisé la technique de la cire perdue.

2 Les villes

    Le sud mésopotamien voit se développer entre ~3.750 et ~2.900 une nouvelle culture qui se subdivise en 2 époques : Uruk  et Djemdet  Nasr (également appelé Uruk III étant donné les fortes similitudes). En Iran une culture originale annonce la culture Elamite

2.1 Phase proto-urbaine

En mésopotamie

2.1.1 culture d' Uruk (~3.750 à ~3.150)

Le site d' Uruk  au sud de la Mésopotamie a toutes les caractéristiques d'une ville : existence d'un urbanisme avec des quartiers ( Un quartier dédié à la déesse Inanna et un autre dédié  à Anu, dieu du ciel), des rues , des bâtiments à vocation economico religieuse , des habitations du "roi-prétre", personnalité dominante; et bien sur des maisons d'habitation).

Les temples sont  tripartites (une nef avec une pièce de part et d`autre)
Les façades des édifices sont avec niches et redans; sur les colonnes en argile des "clous" d'argile peint forment une  "mosaïque de cônes".

 Dévelopement d`une céramique au tour, de plus en plus utilitaire. Pour les banquets funéraires ou liturgiques on disposait même de vaisselle jetable.
  Développement de la glyptique avec l' apparition de sceaux cylindre Sceai-cylindreet de moyens comptable avec les   bulles à calculi contenant des jetons également imprimés sur la surface puis par la suite de tablettes numérales.

  Apparition de l'écriture sur argile (3.300) d'abord à vocation économique et comptable,  pictographique puis idéographique annonçant le cunéiforme
  Personnalité dominante du "roi-prétre" représenté dans la statuaire avec sa jupe en cloche, le serre-tete et la barbe arrondie
 

2.1.2 culture de Djemdet  Nasr  (~3.150 à ~2900)

Pas de différence fondamentale avec la culture d' Uruk; d`ou son nom d`Uruk 3.
La seule originalité de cette période est le développement extraordinaire de la sculpture de la pierre pratiquement oublié depuis la période de Samarra. Elle apparaît en ronde bosse ou en relief sur des  objets variés (jarres, vases, coupes, abreuvoirs, plaques murales...) avec des scènes pastorales
Indice de relations avec l' Egypte (motifs mésopotamiens sur la palette de Narmer et le couteau de Jebel el Araq)

Oeuvres présentées:

 -  Vase en albâtre (1m05). Les 5 registres horizontaux sur le vase représente la rencontre entre la déesse Inana et le roi-prétre (en haut: scène de mariage entre un dieu et une deesse = hierogamie )
 - Sculptures sur vases en calcaire représentant des animaux l'arrière train en bas relief mais l'avant du corps en haut relief créant un relief saisissant
 - Masque en marbre (20 cm) blanc, incision des sourcils. Aucun motif. Réalisation très classique contrastant avec les périodes précédentes.

 En Iran

L' Iran ancien au proto-urbain est sous contrôle de la Mésopotamie mais l'art de cette région présente certains particularismes. On identifie  2 cultures régionales : Uruk et Proto élamite

2.1.3 culture d' Uruk

Oeuvres présentées:

- Scène de vie quotidienne sur sceau
- Sculpture en albâtre représentant un orant (représentation artistique d'une personne qui prie, donc agenouillé généralement et toujours mains jointes) en ronde bosse vêtu d'un vêtement enrobant caractéristique
 - Sculpture en albâtre d'une outarde
- Chien miniature (1,5 cm) en fonte obtenu par le procédé de la cire perdue repris par étirage pour traiter queue, oreilles et pattes, avec brasure au cuivre et or pour fixer l' anneau de
suspension sur son dos

2.1.4 culture proto élamite

Cette culture s'est développée dans la région d`Elam, autour de Suse. Elle y développa une écriture exprimant une langue très différente du Sumérien.Dans le domaine des arts on a peu de représentations humaines et plutôt des animaux en situation humaine

Oeuvres présentées:

- Lionne atlante portant les bases d'un monde stylisé
- Statue d'une lionne (9 cm) en magnésite en situation humaine au regard fière et provoquant
- Statue d'un taureau en attitude orant (16 cm) apportant l'offrande d'un vase
 

 
Les villes (suite) . Epoques des dynasties archaïques et d'Agadé