Moyen Âge

Sommaire cours

Les Carolingiens (751 - 987)

 


Introduction

Les derniers Mérovingiens (les rois fainéants) perdent peu à peu leurs pouvoirs à l'avantage d'un personnage qui prend de l'importance : le maire du palais. Le dernier roi Mérovingien Childéric 3 est déposé en 737 par Pépin le Bref, maire du palais ; il est le premier à recevoir l'onction qui symbolise l'union des pouvoirs temporel et religieux.

Charlemagne (768-814)

C'est l'unificateur et le pacificateur de la Gaule. Il créa un empire en combattant les Alamans en Germanie, les Lombards en Italie et les Sarrasins qui avaient envahi l'Espagne au 7° siècle. Son action politique intérieure est importante : Les capitulaires (littéralement ensemble de chapitres en forme d'édit d'ordre législatif et administratif) sont des consignes données aux "Missi dominici" chargés de surveiller l'application des ordres royaux dans les régions. Sacré empereur à Rome en 800, il devient ainsi l'héritier de l'empire romain. Il fut l'initiateur de la renaissance carolingienne, qui  remit en usage l'héritage culturel des romains

Cette renaissance carolingienne est également vivement souhaitée par les religieux pour des motifs politiques (volonté d'égaler Rome, unifier les usages locaux dans l'empire, et les rites religieux sur le modèle romain, réformes religieuses ..). Ceux-ci s'appuieront sur l'empereur pour imposer la religion chrétienne aux peuples conquis.

Dans le domaine des manuscrits apparition de la "minuscule caroline" qui sera à la source de l'imprimerie. Cette renaissance est vécue surtout dans l'entourage de l'empereur et des ecclésiastiques  tels que Théodulfe, Egissar ... La cour de Charlemagne se fixe à Aix-la-Chapelle
 

Louis le pieux (814-840)

Comme son père, le fils de Charlemagne fut fortement influencé par le clergé
A la fin de son règne, ses fils se querellèrent entre eux ce qui entraîna  l'affaiblissement du pouvoir et la division du reste de l'empire légué par Charlemagne et Les raids normands achevèrent de détruire l'empire qui fut divisé :


Deux événements marquants :


Finalement Charles s'imposera et portera la couronne impériale jusqu'en 877.
987 marque la fin du règne du dernier carolingien (Louis 5 le fainéant) et donc le début du règne des Capétiens.
 

Époque de Charlemagne

Architecture et décor

Elle est mal connue car il reste peu de vestiges et ceux ci ont été fortement restaurés.

- Lorsh (Allemagne) : Porte triomphale de l'abbaye donnant accès à l'atrium. On constate une nette référence à l'antiquité dans l'arc de triomphe. Piliers composites, architrave en frise végétale. Le premier étage est à pilastres couronnés de chapiteaux composites (feuilles d'acanthe et volutes ioniennes). Arcs en forme de mitre. On notera l'effet polychrome de l'appareil (blanc et rose) . Dans la salle haute peinture murale géométrique en damiers.

- Octogone d'Aix-la-Chapelle (ville thermale d'Allemagne) 794-805 . L'architecte fut Eude de Metz. C'est un palais à2 éléments principaux :

- Abbaye de St Riquier achevée en 799 (Somme). Véritable ville (300 moines plus les habitants) sous la houlette de Engilbert. L'architecture assez complexe est composée d'une église et 2 sanctuaires. L'église possède un très grand atrium et une nef à 3 architraves; le transept est très marqué. Dans la nef, mais aussi dans les parties hautes, des autels dédiés. Nombreuses reliques.

- Église de St Germain des prés (Loiret). Plan en croix greque, chaque bras étant prolongé par une abside. Les piliers sont quadrangulaires sans sculpture. La décoration se résume principalement à une mosaïque à fond or dans le cul de four de l'abside principale montrant Jésus et 2 archanges l'entourant et lui présentant l'arche d'alliance. La facture graphique prouve l'abandon du modelé.
 

St Pierre-aux_nonnains du 4° sSculptures

Également peu de vestiges

- Clôture de choeur en pierre de St Pierre-aux-nonnains (Metz)


- Statuette équestre de Charlemagne (ou Charles le chauve ?) en bronze doré à incrustation de fils d'or. Elle fait référence aux portraits équestres antiques. La fonte s'est faite en 3 parties : le cheval (peut-être un réemploi), la tête et le corps
  Psautier Dagulf du 8° siécle

Ivoires

Les 180 ivoires conservés montrent l'abondance et l'habileté des sculpteurs de l'époque

- 2 plaques de 3 personnages religieux entourant une vierge à l'enfant. Chaque diptyque est composé de 5 parties. Elles recouvraient les évangiles de Lorsh

- 2 plaques du psautier de Dagulf  (Sur ordre de Charlemagne le scribe Dagulf aurait écrit ce recueil de psaumes pour le pape Hadrien 1°; c'est une oeuvre typique de la renaissance carolingienne faisant référence à des  modèles du bas empire). Ici aussi référence aux ivoires antiques du 4° siècle avec de petites scènes de format carré. Compositions humaines très denses. Moyen relief de grande qualité plastique

- Diptyque impériale en ivoire  (déb 6° s) offert au cardinal Barberini composé de 5 parties : Ivoire Barberini du 6° siécle

 

- A Narbonne plaque représentant une crucifixion en son centre  avec la vierge et St Jean, entourés d'éléments narratifs très denses  (810)
 

Manuscrits

Toujours des références à l'antiquité (coloris employés, bordures ...)

- Evangéliaire copié par Godescale avec un poème dédicatoire (783) écrit en minuscule caroline et des enluminures en pleine page

- Représentation de la fontaine de vie dans un manuscrit offert par Louis le Pieuxà St Médard de Soissons. La fontaine symbolise la parole divine et son association au baptême et au baptistère.
 

Epoque de Louis le pieux et de ses fils

L'art se rattache à différents sites artistiques

Archevêché de Reims (Avec Hébon)

- Manuscrits célèbres dont le psautier d'Utrecht. Texte en capitales. Illustration dense des psaumes, tracée à l'encre monochrome (volontaire ou non finition ?)
- Peintures murales de la crypte de l'église St Germain d'Auxerre. Eléments architecturaux en trompe l'oeil, voûtes d'arêtes. Les peintures sont centrées sur la représentation humaine
- 2 plaques d'ivoire couvrant le psautier de Charles le Chauve
 

Evéché de St Martin de Tours

- A l'évêché une enluminure représentant Lothaire trônant : Figure  peu expressive et grands yeux arrondis

- Eventail liturgique (ou flabelum) dit de Tournus. Manche en ivoire travaillé l'éventail est en parchemin plissé représentant des rinceaux et des figures de saints. L'étui de l'éventail est recouvert de plaquettes d'ivoire à figures liturgiques et scènes païennes (Virgile, dieu Pan). Cette association païen/Chrétien n'est pas exceptionnelle à cette époque.

- Plaque d'ivoire dite du "paradis terrestre" ornant une encyclopédie carolingienne à registres animaliers superposés (de l'animal  primaire vers l'homme réussite ultime)
 

Centre de Metz (9° s)

Drogon fils illégitime de Charlemagne et évêque de Metz  fit réaliser des manuscrits et des miniatures sur cristaux de roche taillés  de scènes narratives (Ex : Histoire biblique de Suzanne).
- Sacramentaire de Drogon

En Italie

Autel de St Ambroise de Milan (840) aux 4 faces en bas relief d'or ou dorés. Petites scènes encadrées, à motifs humains et religieux. Un des cotés possède des portes permettant d'y conserver des reliques.
 

Mécénat de Charles le Chauve

Charles le Chauve a offert des oeuvres d'orfèvrerie à différentes églises comme St Denis, St Martin de Tours , à Metz .....

Paténe en serpentine du 9° s- Portrait de Charlemagne "en tronc" sur une enluminure, représenté sous un baldaquin, manteau à l'antique. Il est entouré de ses soldats. Noter l'effet de perspective

- Sacramentaire de Metz qui contient des représentations du Christ en majesté et également la vie de certains saints. Enluminure du pape Grégoire le Grand (590-604) dictant ses oeuvres littéraires inspirées par une colombe divine, à l'abri d'une tenture,  à un scribe .

- Patène en serpentine

- Devant d'autel en retable à reliefs en or avec 3 arcatures. Au centre le Christ en majesté

- Sacramentaire de Drogon. Dans cet ancêtre du missel la première page figure un extrait de l'ancien testament.

- Psautier d'Utrecht copié vers 820. Il contient les psaumes de David le premier roi d'Israel (1004 à 965)

- Couverture du Codex Aureus de Saint Aimeranr de Ratisbonne : Christ au centre de scénettes encadrées. Les très nombreuses pierres précieuses sont enchâssées selon une technique dite des "pierres en bâtes"  (l'autre technique est le cloisonné) ou celles-ci sont montées dans des boîtiers métalliques  individuels soudés sur une platine de même métal.

Dans l'église de Corvey (Allemagne - 9° s), liée au monastère de Corbie dans la Somme, une grande tribune abritant à l'origine des autels. A l'intérieur de l'église colonnes massives et sans décoration.
 

Haut Moyen ÂgeAn 1000 et prémices de l'art roman