Les Temps Modernes - Le 18° siècle

Sommaire cours Liste des artistes

France

En France c'est le triomphe de la rocaille comme un art de luxe. Paris devient le centre du commerce de luxe : vente de tableaux, d' objets décoratifs...
Le "petit goût" touche également la peinture; influence des flamands : Watteau. Importance de la "peinture de genre" qui influence les "tableaux de mode" de JEan François de Troy et les scènes bourgeoises de Boucher.

Dynamisme et naturalisme des compositions. Importance des modèles conchyliologiques et végétaux : prépondérance de ces modèles en orfévrerie et à partir de ce domaine répercussion sur les genres "nobles" comme la sculpture (Pigalle...) la peinture (les grandes scènes d'histoire se haussent en dessus de porte comme chez Natoire et Boucher) jusqu'à l'architecture (Boffrand).

Sculpture

Claude DUFLOS

i

Jean AUBERT dit le Jeune (???-1741)

Dessinateur du cabinet du roi, ornementiste, éléve de Jules-Hardouin Mansart : Grandes écuries de Chantilly de style Régence avec une façade à refends et un trés original manége circulaire. Il collabora avec Jacques 5 Gabriel au palais Bourbon et à l'hotel Biron (acteul musée Rodin). Il achéve l'hotel de Beauvais et travailla à l'abbaye de Chaalis en 1736.

Barthélémy GUIBAL

 

Ange-Jacques GABRIEL (1698-1782)

Ses fréres JacquesIV et Jacques V (cf Cours 1)

Christophe HUET

 

Jean-Martin PELLETIER

Sculpteurs

Jacques VERBERCKT

Sculpteur, né à Anvers. Verberckt travaille à Paris avant 1725. En 1730, il participe à Versailles aux travaux de la chambre de la reine sous la direction de Robert de Cotte et de Louis-Claude Vassé. La mort des deux grands sculpteurs de la fin du règne de Louis XIV, Dugoullon et Le Goupil, le laisse, à partir de 1734, seul maître de l’équipe travaillant pour les Bâtiments. Toute sa carrière se déroulera au service du roi et il sera le fidèle exécutant de tous les dessins de boiseries imaginés par Gabriel. En effet, contrairement à Vassé, Verberckt ne dessinait pas lui-même, mais son habileté lui permettait d’interpréter les tracés souvent rapides de l’architecte. Cette équipe très cohérente réalise ainsi, pendant la plus grande partie du règne de Louis XV, les boiseries de Versailles (chambre du roi, cabinet de la pendule du cabinet intérieur, pour ne mentionner que les plus riches), celles de Fontainebleau (chambre du roi), de Bellevue pour Mme de Pompadour, etc. Ces ensembles sont les meilleurs exemples du style rocaille français: les encadrements des panneaux sont courbes, «en arbalète», les motifs préférés sont la coquille, les feuillages déchiquetés, les guirlandes de fleurs, les médaillons ornés de trophées ou de jeux d’enfants. L’asymétrie, légère, apparaît surtout dans les branchages légers. À partir de 1760, Verberckt sera peu à peu supplanté par Antoine Rousseau.

Nicolas COUSTOU (1658-1733)

Guillaume COUSTOU (1677-1746)

Eléve de Coysevox puis séjour romain qui l'orienta ves un gout classique rigoureux et cultivé. Il travailla beaucoup à Paris avec son frére Nicolas obtenant un énorme succés avec ses oeuvres monumentales aux effets de mise en scéne : Chevaux de Marly , statue de Louis XIII pour le choeur de Notre Dame, statue du fleuve Rhone pour le socle de la statue équestre de Louis XIV à Lyon, Nicolas réalisant de son coté la statue du fleuve Saone.

Son fils Guillaume le jeune travailla à la cour de France : mausolée du dauphin fils de Louis XIV pour la cathédrale de Sens, portraits en terre cuite dans lequel il libéra son inspiration.

Antoine COYSEVOX (1640-1720)

Travailla à Versailles sous la tutelle de Lebrun réalisant des staues d'inspiration classique pour les jardins : France triomphante, Nymphe à la coquille et participa à la décoration baroque de la galerie des miroirs, du grand escalier des ambassadeurs et du salon de la guerre. Mais la partie essentielle de son oeuvre est constituée de portraits sculptés : Louis XIV (1680) et de sculptures pour le tombeau de Mazarin.

Lambert Sigisbert ADAM (1700-1759)

Famille de sculpteurs d'origine lorraine représentée par Jacques Sigisbert (1670-1747) et ses deux fils Lambert (1700-1759) et Nicolas-Sébastien (1705-1778). Ils séjournérent à Rome puis travaillérent au groupe central du bassin de Neptune à Versailles (1740) et à Paris à la décoration de l'hotel de Soubise.

Robert le LORRAIN (1666-1743)

Ne pas confondre avec Claude Gellée dit le Lorrain. Brillant éléve de Girardon il travailla au décor des jardins de Verailles et de Marly puis à la nouvelle chapelle de Versailles en 1707. Il réalisa l'essentiel de son oeuvre au service des Rohan-Soubise. A Paris il sculpte les allégories de l'hotel de Soubise; en Alsace il décore le salon à colonnes du chateau de Savernes et orne la façade du palais des Rohan à Strasbourg (1735-1738). De nouveau à Paris il surmonte les écuries de l'hotel des Rohan d'un magnifique haut relief : Chevaux du soleil (1736) d'une grande liberté d'expression.

Christophe Gabriel ALLEGRAIN (1710-1795)

Collaborateur de son beau frére Pigalle. Connu pour sa célébre Baigneuse commandée par Louis 15 (1755) admirée pour son naturel et sa sensualité. Il réalisa des statues pour les Invalides et le tombeau du conseiller Dupré, ainsi qu'un Narcisse .

Peintures

En France

Charles de la FOSSE (????????

Jean-Baptiste JOUVENET (1644-1717)

Eléve de Le Brun mais ses modéles furent surtout Carrache et Rubens en réaction contre Le Brun et l' Académie des Beaux Arts. Il peignit des portraits et des compositions religieuses d'une grandiose sévérité comme une Descente de croix ou cette Péche miraculeuse

Antoine COYPEL (1661-1722)

Fils de ?????????? appartenant au courant du "grand gout" de Louis XIV. A Rome puis à Paris il effectua des décorations illusionistes baroques à Versailles : plafond de la chapelle en 1708. Ebauches au crayon pleines de brio et petitstabelaux mythologiques. Son fils Charles-Antone fut décorateur, peintre et auteur dramatique; il illustra l'Histoire du théatre italien de Roccoboni

Jean RESTOUT (1692-1768)

Spécialiste des sujets mythologiques ou religieux d'un style assez solennel avec un grand sens du décor, sur l'exemple de son maitre J. Thouvenet : Psyché, Mort de sainte Scholastique. Ses fréres Eustache et Jean Bernard furent des peintres tout à fait modestes.

Jean-François de TROY (1679-1752)

Egalement graveur, il étudia le classicisme romain en Italie. Il peignit des sujets religieux et historiques : Christophe Colomb débarquant au nouveau monde, des fétes galantes : le déjeuner d'huitres, des scénes de chasse ainsi que des cycles décoratifs et des cartons de tapisserie pour les appartements royaux de Versailles

François LEMOYNE ou Lemoine (1688-1737)

Eduqué dans la tradition du "grand gout" comme Coypel, Lebrun ou Rubens, il admira Cadarache et le Bernin lors de son éjur Rome en 1723. Peintures lumineuses et vives : Hercule et Omphale, Persée et Androméde .

Hyacinthe RIGAUD (1659-1743)

Etudia à Montpellier. A Paris en 1681 il gagna le prix de Rome mais frenonc au voyage en Italie qui recompensait le lauréat. Réputation de portraitiste auprés de la haute bourgeoisie parisienne. A partir de 1690 il travailla uniquement pour la cour, pour des généraux ou des prines étrangers en visite. Il développa un stle de portrait officiel qui le différentia de son rival Largilliére.

Style vif et solennel, compositions en buste ou en pied sur fond architectural ou paysager, parfois de conception rigide à la maniére de P de Champaigne : Portrait de parade de Louis XIV (1701), portrait doublé de sa mére (de profil et de trois quarts (1695) ou se resent l'influence de Rembrandt

Nicolas de LARGILLIERE (1656-1746)

D'origine flamande il étudia à Anvers puis en Angleterre. A Paris il s'imposa comme portraitiste rival de Rigaud grace à ses qualités de coloriste dans le sillage de Van Dyck et grace à la présentation de ses modéles dans des cadres particuliérement riches .

Metteur en scéne de portraits de groupe solennels (Ex voto à sainte Genviéve) il soigna le geste, le rendu des étoffes, le luxe de la reconstitution : les enfants de Jacques II, la belle strasbourgeoie. Largilliére peignit également des natures mortes de gout flamand.

Antoine WATTEAU (1684-1721)

 

Etudia en Europe du nord Rembrandt et Rubens. A Paris en 1702 il travailla nettement à l'écart du style grandiose de LeBrun et s'oriente au contraire vers un retour au premier maniérisme italo-français : Embarquement pour Cythére morceau de réception pour son entrée à l'académie.

Il s'inscrit ainsi dans un nouveau genre (Les fétes galantes). Son oeuvre est placée sous le signe de la théatralité. Le théatre et le monde des masques : Comédiens français, l'Amour au théatre italien....en tant que détachement du monde réel restent emblématiques de son oeuvre. Cette vie d'une socialité artificielle reste marquée de mélancolie.

Il réalisa également de nombreuses scénes de gene : Musiciens ambulants à la marmotte et des tableaux mythologiques : Jugement de Paris et aussi des nus et des portraits : Portrait d'Antoine Pater. Il marque un tournant fondamental dans la peinture européenne.

Jean-Baptiste PATER (1695-1736)

Représentant typique du rococo français, peintre des fétes galantes, éléve préféré de Watteau. Egalement dessinateur et coloriste brillant. Il laissa une oeuvre un peu répétitive en se copiant lui-même pour des nécessités de marché. Il fut assi portraitiste de l'aristocratie française.

Nicolas LANCRET (1690-1743)

D'abord peintre historique, il suivit l'exemple de Watteau en représentant le théatre italien mais aussi d'innombrables scénes galantes et de genre ainsi que des compositions allégoriques : L'enfance, la danseuse, Camargo; oeuvres un peu froides mais d'une composition légére.

Alexandre François DESPORTES (1661-1743)

D'abord peintred'animaux et de natures mortes, puis décorateur de théatre. Célébre pour ses compositions de chasse : Le chasseur et ses chiens et comme auteur de cartons de tapisserie d'inspiration exotique : Nouvelles Indes.

 

Architecture, décor intérieur, arts décoratifs (début du 18°) Architecture et décor intérieur (début 18° siécle)