Islam

Sommaire cours    SommaireTD IMA

Synthèse historique

Époque abasside en Iran, Irak, Transoxiane puis Egypte et Syrie (749-1258)

Le nom vient de Abbas oncle du prophète. Les abassides sont des sunnites orthodoxes. Sous leur règne, la capitale se transporte de Damas à Bagdad (762) au centre de l'empire alors découpé en zones administratives dirigées par des gouverneurs nommés par le calife. On construit en briques de terre, cuites ou crues, ou en pizzé; parfois les 3 méthodes sont utilisées pour une même construction !
 

Bagdad

La fondation de Bagdad fut décidée par le second calife abbaside Mansur. Les plans furent tracés par des ingénieurs en 758; et la date de 765 marque l’installation réelle du souverain. L’agglomération primitive fut aménagée sur la rive occidentale du fleuve. Le plan circulaire adopté imposa des divisions géométriques très simples.

Au centre s’élevait la mosquée-cathédrale et le palais du calife, appelé la Porte d’Or. De là partaient, dans 4 directions, des avenues qui aboutissaient à des portes, dont les appellations montrent l’orientation : porte du Khurasan, porte de Syrie, porte de Kufa et porte de Bassora. .

L’ensemble, d’un diamètre d’environ 2 kilomètres, était ceint d’une épaisse muraille, protégée par un avant-mur, un glacis et un fossé plein d’eau. À l’intérieur de ces remparts étaient logés les officiers de la cour et les bureaux administratifs. Tous les bâtiments étaient construits en briques, matériau habituel dans la région. Les événements prouvèrent que Bagdad n’était pas à l’abri des invasions.

Il est impossible de retrouver sur place le noyau primitif de Bagdad, même d’une façon hypothétique. La Ville Ronde disparut lors de la guerre de succession, en 812-813, entre le calife Amin, assiégé dans sa capitale, et les troupes de son frère Ma’mun, venues du Khurasan. Il subsistera un unique point de repère, la mosquée-cathédrale.

Les habitants de Bagdad étaient loin de vivre au calme, et ce furent du reste les désordres causés par les contingents turcs recrutés dès le milieu du IXe siècle qui poussèrent les califes à choisir une résidence à une cinquantaine de kilomètres au nord ouest, à Samarra.
 

Samarra

Ville d'Irak au nord de Bagdad fondée en 836, fut capitale abasside au 9° siècle.

Les constructions de la ville : palais (1,5 km de coté), hippodrome, jeu de polo, mosquées, divers palais et habitations; étaient presque exclusivement faites en pizzé, et bordaient des rues pouvant atteindre 35 kms de long. Samarra , resta capitale des Abassides de 836 à 892.

Aujourd'hui ne subsiste de tous les bâtiments que l'impressionnante mosquée du vendredi construite sous Al-Mutawakkil (847-861) avec ses hautes murailles de brique et surtout son minaret hélicoïdal . Après le retour des califes à Bagdad, Samarra déclina rapidement.

- Grande mosquée fondée par Al-Mutawakkil en 851. C'est une variante de la mosquée de Damas avec des nefs perpendiculaires au mur de la Qibla. L'édifice et ses dépendances sont entourés d'une ziyada.
La date d'apparition des minarets est inconnue mais celui de la grande mosquée de Samarra appelé Malwiya, de forme hélicoïdale, est l'une des plus anciennes.

- La mosquée Abu Dulaf est entourée d'une enceinte, ses portiques sont doubles, les nefs de la salle des prières sont parallèles au mur de la Qibla avec une nef centrale plus large et haute.
- Maison du calife : C'est un palais en briques cuites, a plan symétrique et axé ,entouré des baraquements occupés par les gardes, des écuries; des pièces souterraines avec bassin permettent de garder une certaine fraîcheur. Les murs sont recouverts de stuc moulé et sculpté selon une méthode et un style typiquement iranien et d'asie centrale : dessin répétitif de fleurons a 3 lobes, de palmettes et d'ocelles (La pierre, le marbre et le bois recevaient également ce genre de sculpture).

- Palais Ukhaydir en Irak, ceint d'une double muraille flanquée de tourelles en terre cuite et composé d'une cour d'honneur et de courettes entourées de salles public, salle d'audience, mosquée.. Le hall d'entrée en briques est voûtée en plein cintre. Portes à grande ouverture en Iwan . Nef voûtée de briques différemment appareillées afin de rompre la monotonie et atténuer la pauvreté des matériaux

Le développement de la céramique

Les abassides développèrent la technique de la céramique dans "tous ses états". On joue avec les couleurs, les formes et les décors mais peu avec la matière elle-même qui reste la pâte alluvionnaire extraite du fleuve.

- coupelle non glacée, moulée, de couleur blanche, décorée de motifs végétaux. Sur la lèvre un texte en lettres arabes
- assiette à glaçure verte au motif centré quadrilobé rappelant une forme chinoise (il faut se rappeler qu'à cette époque il y avait une installation musulmane à Pékin)
- coupelle aux couleurs jaspées de 2 ou 3 couleurs dans le style des productions chinoises
- faïence à fond blanc, glaçure opaque, dessin au bleu de cobalt de 3 fleurs stylisées

Les potiers musulmans ont découvert ce que l'on appelle le "lustre métallique" qu'ils ont utilisé d'abord sur support de  verre puis sur céramique. Cette technique nécessite 2 cuissons :


- Jarre polychrome au lustre métallique
- coupelle polychrome rouge rubis, verte et jaune au bouquet stylisé et axé
- coupelle décorée d'un bouquetin monochrome beige. Emploi de la technique consistant à souligner le motif en l'entourant d'un liseré blanc
- assiette de la "femelle allaitant son petit"
- venant de Samarra une collection de verres soufflés, gravés, marbrés de blanc et verres "camées" (cette technique consistant non plus à graver en relief des pierres dures et plus ou moins précieuses comme le faisait à l'origine les égyptiens, mais d'utiliser une technique plus simple consistant sur une matière composée de  2 couches de verre à graver à la meule la surface de la seconde couche
- cruche en verre à 3 pieds au décor vertical à rubans et pastilles monocolore
- vase a haut col au motif fait à la pince sur la matière encore chaude
- aiguière en verre taillé profondément de palmettes et fleurons
- cruche en verre camée ornée d'un motif d'oiseau se saisissant d'un capridé
- verre émaillé monochrome avec un texte gravé sur la lèvre (800)
 

Utilisation du métal

- aiguière en bronze à la panse globulaire ornée de gravures d'arcatures, niches et colonnes et très haut col ajouré, le bec verseur est en forme de coq chantant.
- aiguière au corps volumineux dont l'anse, soudée au corps, se termine par une tête d'animal
- oiseau zoomorphe au corps regravé, anse en forme de patte d'animal (796)
 

Les manuscrits

Le papier a été inventé en chine au 2° siècle mais il n'apparaît en occident qu'à partir du 12° siècle et pendant 7 siècles il est rare car fort cher les techniques de fabrication étant très artisanale. En Irak les arabes utilisent le papier dés le 8° siècle et l'on a retrouvé plusieurs Coran à Samarcande (centre important de fabrication) et Bagdad
 

Utilisation du bois

- panneaux de porte, en bois, constitués de plaques sculptés indépendamment aux bords biseautés et montés dans un encadrement
- morceau d'un panneau venant d'Egypte décoré d'un fleuron à 3 lobes creusé très profondément
 

Dynastie des Aghlabides au Maghreb (800-908)

L' Ifriqiyya (formée de l'actuel Tunisie et d'une partie de l'Algérie) connaît au 9° siècle une grande civilisation , vassal des Abassides, les Aghlabides qui furent de grands constructeurs de mosquées, villes royales, citernes, aqueducs... Leur capitale est Kairouan.

Mosquée de Kairouan- grande mosquée de Kairouan construite en pierres taillées ... en forme de brique, dont la grande cour est bordée de portiques doubles. La salle des prières, à nef centrale haute et large bordée d'une double colonnade et surmontée de 2 coupoles dont l'une est nervée, comporte également des colonnes doubles. Le minaret massif et carré a 3 niveaux. Le pourtour du minbar, un des plus anciens du monde islamique, est plaqué de céramiques lustrées et son escalier est en bois de cèdre. Le mirhab  encadré de 2 colonnettes de pierres roses est plaqué de 90 petits panneaux de cèdre reliés par des baguettes de bois ou des ferrures
- grande mosquée de Sousse (950) protégé par un fortin du coté de la mer et par la kasbah du coté de la terre
plan de la mosquée de Kairouan
Les aghlabides développèrent également l'art des manuscrits reliés, ancêtres du livre, au 9° siècle. On a trouvé des séries de manuscrits reliés à Kairouan et Tunis dont les pages pouvaient être à fond clair ou sombre
 

Dynastie égyptienne des Tulunides (884-905)

Fils d'esclave Ibn Tulun parvient à obtenir un poste de général dans la garde califale abbasside. En 868 suite aux troubles en Egypte il est envoyé dans ce pays pour contrôler le pouvoir militaire et collecter l'impôt. Très vite il se désolidarise du pouvoir central et crée une dynastie Tulunide, de courte durée mais prospère. Les tulunides s'installérent également en Syrie.

- Plan de la mosquée Ben Tulun dans un lieu qui s'appelle Al Askar , et qui deviendra le Caire en 969 sous la dynastie fatimide. Cette mosquée comportait une enceinte percée de petites fenêtres, des portes précédées d'escaliers en demi-lune

Les Omeyyades     Les Fatimides