Arts de la Chine et du Japon

Retour sommaire Chronologie chinoise  et  japonaise

Peintures chinoises

Les fonctions majeures de la peinture en Chine sont d'expliquer et de sauver. La peinture et l'écriture en Chine c'est l'art du pinceau aussi il ne serait y avoir de peinture en dehors du pinceau.
Ces 2 arts véhiculent la pensée et prennent à ce titre la 1° place devant la sculpture et l'architecture. Les premiers sont animés par la seule quête spirituelle, apanage des lettrés; les seconds sont des commandes oeuvres d'artisans
Peindre, comme écrire, c'est toujours s'exprimer

Techniques de peinture

* Dans les peintures exécutées de façon lente et minutieuse, le tracé des éléments graphiques (la structure, l'ossature) et l'application du lavis (la "coloration" des structures graphiques), sont 2 étapes distinctes. Cette "coloration" consiste à étaler des nappes d'encre noire plus ou moins diluées, plus ou moins épaisses pour conférer à l'ossature graphique sa "chair", son volume, sa tonalité et sa luminosité.
* Dans les peintures de style "elliptique impromptu", ces 2 stades sont confondus. On se rapproche du "tachisme" le coup de pinceau  suggère le contour graphique et donne le volume tonal de l'objet.

La peinture (et l'écriture, car ses 2 arts sont étroitement mêlés) a d'abord été sur soie (3° s av JC); après la découverte du papier (1° s ap JC) celui-ci ne s'est généralisé pour la peinture et la calligraphie qu'au 11e siècle (période Song). Mais les 2 supports ont perdurés conjointement chacun ayant ses qualités: le papier est plus résistant au temps que la soie mais la soie absorbe la peinture différemment ...de plus en fonction de l'inspiration et du style on utilisera l'un ou l'autre.

La conception du pinceau (qui existe depuis le néolithique sur les poteries chinoises de cette époque) , et plus encore son utilisation, ont été élevés au niveau d'un art majeur.

Il y a plusieurs montages selon qu'il s'agit de "peinture suspendue" (apparition sous les Tang mais généralisation sous les 5 dynasties) ou de "rouleau à main" consulté sur une table, ce dernier étant conservé enroulé dans une couverture de brocart. Les peintures suspendues (guafu en chinois, kakémono en japonais) peuvent avoir un montage complexe , mélange de soie et de papier, maintenu par une gorge de bois en haut et en bas. La surface de chaque pièce et son contenu obéissent a des règles précises
 

Peintures sur support mobile

La plus ancienne peinture chinoise, découverte en 1973, est une bannière de soie en forme de T , de 205 cm de haut sur 92 de large en haut et 47 en bas , trouvée sur le sarcophage, en bois peint  d'une femme momifiée vers 165 av JC (Han occidentaux) :la tombe de Mawangdue (EU Tome 5 p 586)  a Changsha au Hunan. Inviolée cette tombe a permis de déterminer l'organisation, l'inventaire et le récit de la cérémonie mortuaire. Se trouvait également des textes originaux taoïste de médecine, postures de gymnastique...
 

  • créatures ondulantes sur les bords verticaux, probablement le dragon blanc (yin) et le dragon rouge (yang), qui se rejoignent dans un disque percé d'un trou (PI)
  • personnages entourés d'objets (litophones : instrument de musique en pierres taillés, bronzes archaïques, chaudrons à couvercle) Sur la table des plats et une représentation du sarcophage de la défunte
  • au centre, sur une terrasse blanche, la défunte âgée en robe brodée, et 2 "messagers du ciel agenouillés" devant elle
  • au-delà des sages, des rois antiques qui aidés d'un dragon protègent des mauvaises influences et le grand mûrier Fusang qui abrite dans son feuillage les 8 soleils abattus par l'archer Yi
  • en haut, à droite le disque solaire renfermant un corbeau noir
  • Jusqu'à la fin des Han (8 ap JC) on sait peu de choses de l'art de la peinture , cette première peinture remplissait des fonctions religieuses, magiques, didactiques, décoratives  et ses sujets étaient surtout des portraits alors que le paysage restait réduit.

    Sous les Tang (618 à 907) c`est probablement l`époque d'épanouissement de la peinture, mais les oeuvres qui subsistent sont rares et d`origine douteuses. Elle s'est surtout exprimée dans les fresques murales (Dunhuang). Le phénomène significatif de cette époque est la naissance de l'art du lavis d'encre monochrome (attribué au poète Wang Wei  699 à 759). Les procédés des fresquistes (brosse dure, couleurs) sont abandonnés au profit du pinceau et de l'encre. la peinture s'apparente alors à l'écriture et constitue une création spirituelle au même tire que la poésie.

    7° siècle ap JC : Peinture de paysage à l'encre et aux pigments dilués à l'eau sur le papier ou la soie; mais il s'agit en fait d'une copie du 17° siècle mais il est primordial de savoir que pour un chinois copie et original sont investis du même pouvoir. l'un comme l'autre contiennent l'esprit du créateur, l'un comme l'autre ont pour but d'expliquer
     
    9° siècle : Grammaire des formes. Scène de cour représentant des femmes nobles autour d'une table chargée de quelques coupes, assiettes. 2 servantes . Observer l`isomorphisme

    10° siècle : C'est le début du paysage philosophique, traditionnellement sur des rouleaux verticaux de soie. Il faut dans ces paysages signifier clairement, parler à l'esprit, transmettre des messages moraux et religieux. En chine peindre ou dessiner ne se distingue pas, l'idée primordiale est d'exprimer ce que l'on veut dire. Le vocabulaire des formes et les conventions plastiques sont clairement définis. Peintres : Jing Hao, Dông Yuan puis Li Cheng et Fan Kuan

    Dés cette époque, et encore de nos jours, on distingue la peinture décorative et la peinture représentative pour laquelle la couleur est un trompe l'oeil

    10° siècle : Époque des 5 dynasties: Mise en place du paysage chinois . Approche en 2 temps :

  • 1° contact ou l'oeil prend connaissance ,
  • 2° contact ou la peinture se découvre dans ses nombreux et minutieux détails. Elle vous absorbe alors dans un monde fourmillant d'animaux, de personnages vacant aux occupations du village, sur des routes longeant des torrents ou des cascades, et cela dans une végétation luxuriante ou sur des montagnes embrumées.

    La peinture prend une dimension temporelle ,elle se lit par étapes; et l'on peut y pénétrer par plusieurs endroits et y suivre des itinéraires différents selon sa sensibilité, son humeur, sa fantaisie.
    estampe ../../../images_louvre/ch_36s..estampe du 4°s..estampe ch_994-2
     

    10° siècle à 1125 : Époque des Song du Nord. Le peintre Fankuan (moine taoïste) vante les vertus des paysages dépouillé et invente le premier premier plan et invente plusieurs formes de trait !. Il n'y a pratiquement que des noirs et du blanc

    11° siècle : généralisation de l'utilisation du papier (à base de pulpe de bambou) sans faire disparaître l'usage de la soie. Ces 2 supports seront utilisés en fonction du style, de l'inspiration .... et des qualités inhérentes à chaque support.

    12° siècle (Song du sud) . Peintre Li-Tang: Travail de l'encre. c'est à cette époque que le format horizontal prend le pas sur le format vertical. les "lais" sont alors encollés les uns aux autres comme les rouleaux anciens
    Jeu perpétuel entre les noirs et le blanc, le plein et le vide, l'ossature et la chair, le yin et le yang.
    Peintures romantiques de Xia-Gui. Recherche peinture/Poésie. Notion de dit/non dit (de détails et de brumes)
    A nouveau des peintures en couleurs tel des paysages d'été avec des personnages en promenade dans les frondaisons.

    14° siècle : Dynastie mongole des Yuan: Les lettrés sont renvoyés dans leurs terres lorsqu'ils ne veulent pas se soumettre.
    Zhao-Mengfu, prince impérial, cultivé collabore avec l'envahisseur mongole. Il suit ceux ci à Pékin et se familiarise avec les nouveaux paysages de la chine du nord aussi clairs que ceux du sud sont brumeux.
    Il devient le peintre officiel de la cour et invente une nouvelle forme de peinture de lettrés, donc sans aspect commercial: Accumulation d'éléments évoquant des peintures plus anciennes, les inscriptions expliquant la manière dont l'oeuvre a été réalisée, la référence de son bénéficiaire, commentaire des propriétaires ... envahissent la toile, les cachets de cire identifient l'artiste et les propriétaires successifs.

    A  cette époque, sensible rapprochement entre peintres professionnels et amateurs.
    Art de la retouche, traités sur l'art de peindre.

    14° siècle : Ni-Zan écrit son traité sur l'art : Exprimer les choses avec le plus de froideur possible et éviter les détails inutiles ou trompeurs.

    Fin 17° (Ming et Chin)  : Importation de gravures européennes qui, sans avoir une grande influence, entraîne une nouvelle conception de la perspective. retour vers la couleur.

    Fin 19° siècle: Réalisation des premières peintures à l'huile ???

    Contemporain: Peinture novatrice tout en continuant à respecter les traditions

    estampe 50-4a..estampe ch_35s
     

    Peintures murales :

    Ce sont généralement des commandes de la cour , de la religion ensuite. A partir des 5 dynasties : grotte de gansu, Maiqishan et Dunhuang
    Sous les Han et jusqu'au Ming, apparaît une 3° catégorie : les peintures funéraires

    Voir le chapitre sur l'art Bouddhique     


                    Sculpture bouddhiquePeinture japonaise